Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 13:49

ADO_Tafire-20-9-.jpgLe Président Alassane Ouattara est pressé. Il a raison de vouloir rattraper le temps perdu que lui a volé Laurent Gbagbo. Surtout que le temps volé se traduit en termes de ressources supplémentaires à trouver pour réparer ou reconstruire tout ce que la furie dévastatrice des mauvais perdants a détruit. De la campagne électorale à l'exercice effectif du pouvoir d'Etat par le nouvel élu de la nation ivoirienne, la facture à payer est lourde. Et le Président Ouattara aura besoin de mobiliser plus que les 10 000 milliardsFCFA prévus initialement pour financer son programme sur cinq ans. D'où son empressement qui lui fait enjamber ce qui a constitué jusqu'ici sa force: la COMMUNICATION.

Le renvoi de Brou Aka Pascal du poste de DG de la Radiodiffusion-Télévision Ivoirienne(RTI), même si la décision se justifie, ne saurait être la panacée dans un contexte de démission générale en la matière. La RTI, les médias d'Etat en général ne sont que les supports d'une stratégie de communication politique et sociale opportune et pertinente. La politique de communication du nouveau régime, de même que ses objectifs ne sont pas visibles.Et pourtant, Alassane Ouattara et son équipe nous ont habitué à mieux. Rappel.

 1°) Les idéaux politiques du RDR(la démocratie, l'égalité des citoyens, la bonne gouvernance, l'indépendance de la justice) ont été portés par une bonne politique de communication qui a valu à ce parti son caractère national ainsi que la sympathie et le soutien de bon nombre d'officines politiques à l'extérieur.

2°) Le candidat du RDR Alassane Ouattara a plané sur la campagne pour l'élection présidentielle du premier tour.Il a séduit au delà de sa famille politique. A la base, il y avait une bonne politique de communication.

3°) La victoire du candidat Alassane Ouattara à la finale, porté cette fois par la coalition RHDP a été obtenue à l'issue d'une véritable fête de la communication alors dans tous ses états.

L'équation personnelle d'ADO "la solution" a pesé sur le cours de l'histoire certes, mais indéniablement, elle a été bien "vendue" par des experts des sciences de la  Communication. Souvenez-vous encore que les Ivoiriens ont pu résister à la propagande et aux obus meurtriers de Gbagbo grâce à l'impact des médias innovants qui ont contribué à leur forger un mental en béton. En effet, il a fallu l'avènement de la Télévision de Côte d'Ivoire (TCI) avec ses grands plateaux d'informations, de sensiblisation, de contre-propagande ainsi que  la Radio la Voix du Rassemblement avec un certain Soro Jean qui, du sommet de son art, apaisait les coeurs, en distribuant à ses milliers d'auditeurs l'espoir et l'amour du prochain tout en pronostiquant la capture imminente de Laurent Gbagbo. Grâce à ces médias puissants, mus par une excellente politique de communication sociale, les quelques murmures de désespoir et d'impuissance telle " si c'est comme ça on retourne chez Gbagbo" ont cessé. Plus que des médias,TCI et la Voix du Rassemblement étaient une conscience en mouvement.

Maintenant que le Président Alassane Ouattara exerce le pouvoir d'Etat plein et entier, comment comprendre le naufrage évident de "sa" Communication?, Où sont les émissions, les reportages, les grands plateaux sur  les chantiers du gouvernement? Où sont les enquêtes, les documentaires, les témoignages des populations tendant à infirmer ou confirmer les allégations des organisations des droits de l'homme restées étrangement muettes quand les tueurs du FPI se livraient à leurs sales besognes d'extermination ethnique? Savent-il, nos braves journalistes de l'audio-visuel que ces organisations possèdent des antennes locales nostalgiques de la gauche caviar qui alimentent des rapports tendancieux sur le régime de Ouattara? Pourquoi ne les invitent-ils pas dans un débat contradictoire? Rien de cela! La RTI préfère camper sur des lieux plus confortables pour elle.Elle s'est vite coulée dans la normalité routinière quand la presse de la division, de la haine, reprend du poil de la bête.Misère! Quoi d'étonnant si la rumeur, relayée par "Radio Cancan" prend toute la place désertée par la RTI? On sait que "Radio Cancan" raffole de nouvelles où le sensationnel le dispute à l'irrationnel.Ce n'est pas à elle d'informer, images à l'appui, sur les chantiers du gouvernement ni sur le nouveau "look" d'Abidjan.Si un certain prophète de malheur continue de semer la peur dans les esprits, c'est bien parce qu'en face "il n'y a rien" du côté de nos médias d'Etat. Pas tous heureusement car"La Matinale" de Fraternité Matin du 03 août nous rappelle opportunément que le quotidien national tient la sentinelle.

Monsieur le Président de la République, un conseil: "Vous et vos ministres - pas ceux qui bavardent à longueur d'antennes sur les places bondées de griots - aurez à prendre des décisions parfois impopulaires. Vous aurez besoin de la collaboration des masse-médias pour informer, sensibiliser, mobiliser les populations sensées  accompagner les projets de développement sans exclusive. Bref, vous aurez besoin de l'adhésion des populations. Mr le Président, vous n'aurez pas de satisfaction avec la RTI  actuelle. Malheureusement, vous n'avez pas beaucoup d'alternatives. Envisagez toutefois les solutions que voici. Proposer la retraite ou le départ volontaire aux agents qui sont au bout du chemin, n'ayant plus rien à donner.Mettre en place un système performant de formation continue à l'intention des agents qui seront reconnus  perfectibles.L'effort consistera à éduquer leur esprit, à le rendre alerte, ce qui est la caractéristique du bon journaliste prompt à créer l'évènement s'il le faut. Puisque le temps vous semble compté, et que vous voulez du travail vite fait et bien fait, n'hésitez surtout pas à coopter dans le secteur privé où le plus périphérique des journalistes est habitué à suer sang et eau pour être compétitif face à la concurence et mériter son maigre salaire."

Alors que l'audio-visuel est à la recherche de ses marques, le quotidien Fraternité Matin  redevient lisible avec son retour à la professionnalisation sous la houlette de l'excellent Venance Konan.

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
<br /> Je suis entièrement de ton avis Kader. La communication du PR bat sérieusement de l'aile en ce moment. Nous n'avons aucune lisibilité, ni visibilité de l'action gouvernementale. Alors que pendant<br /> la grave crise post-électorale imposée par GBAGBO, nous avions eu des communiquants qui ont su nous maintenir en éveille. Vivement que l'on s'y penche afin d'éviter le retour du baton. Nos<br /> opposants FPI ont l'art de savoir manipuler le peuple. donc Attention !!!!<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de SANGARE Abdoul Kader
  • : Toute l'actualité en Afrique de l'Ouest.
  • Contact

Recherche

Liens